top of page

Le Blues

Source d’inspiration pour nos arrangements musicaux, le blues est un véritable pilier historique de la musique de nos jours. Aujourd’hui, Studio 22, studio de musique parisien, vous présente dans ce premier article, l’histoire et les aspects techniques essentiels pour comprendre et pratiquer le blues.


I. Le blues, la naissance d’un genre musical unique


Le blues, genre musical intemporel, trouve ses racines dans les profondeurs de l’histoire américaine. Cela débute au XIXème siècle avec le « Work Song ». Alors que l’Amérique était marquée par l’esclavagisme, les travailleurs des champs de cotons avaient l’interdiction de communiquer. Cependant, certains surveillants les autorisaient à chanter, a capella. Au fil du temps et ceux pour accompagner les chanteurs, les autres travailleurs utilisaient, en rythme, leurs outils de travail pour créer une mélodie à ses chants.



Véritable moyen pour eux de s’exprimer, de partager leurs joies, leurs peines et leurs espoirs, les Afro-Américains ont ainsi fait naître le blues, fusion d’influences africaines, de chants spirituels, de gospels et de chants de travail. Les premiers bluesmen, souvent des musiciens itinérants, ont donné vie à cette musique dans les coins reculés du Sud des États-Unis, utilisant des guitares rudimentaires et des harmonicas pour raconter leurs histoires.


Le blues est bien plus qu’un genre musical ; c’est l’âme de toute une époque et la voix d’une communauté.


II. Le blues, une technique novatrice


A. Le rythme du blues


Le blues est reconnu pour avoir une valeur du gamme assez vaste avec de nombreuses écoles. Cela peut en effet aller de 40 à plus de 150. A titre de comparaison, le blues et le rock, ont une frontière qui reste, pour certains, floue. On pourra cependant affirmer que le rock est généralement plus rapide que le blues.

Pour les mesures de blues, nous parlons de blues binaires et blues ternaires.

Le Binaire permet à chaque temps de se subdiviser en deux parties :


1,2,1,2

Blues- partition - studio de musique paris

Pour le blues ternaire, celui-ci se subdivise en trois parties :


1,2,3,1,2,3


Blues - partition - studio de musique paris

On parle ici de Shuffle. C'est le rythme de base du blues, du rockabilly, du boogie-woogie ou encore dans la country. C'est un rythme ternaire mais sur la partition, cela est écrit soit avec des triolets, soit en binaire avec la mention "Shuffle".


Chacune dispose d’un rythme simple à la base, ce qui permet à chaque musicien et compositeur de les enrichir par des variations au pied de grosse caisse par exemple, avant ou après le temps.


B. Les harmonies du blues


Le blues majeur

Il existe des blues majeurs et d’autres mineurs. Il s’agit d’un modèle bâti sur un archétype de 3 accords. Nous allons partir sur un exemple en « Do » : C7 ; F7 et G7.


Pour un blues majeur, cela se présente ainsi :

Blues- partition - studio de musique paris

A l’inverse, pour le blues mineur, on peut jouer les 3 accords en mineur, ou juste « DOm7 » et « FAm7 » le sol restant 7ème) ou seulement « DOm7 » (le « Fa » et le « Sol » restant 7ème).


Harmoniquement, le blues mineur est moins intéressant. C'est pour cela que nous parlerons essentiellement du blues majeur.


Alors que son impact sur de nombreux style musicaux n’est plus à prouver, le blues a vu sa grille élargie par les Jazzmen avec l’apparition d’une troisième GRILLE en majeur :

Blues - partition - studio de musique paris

Ainsi, plusieurs variations sur le Turn-Around sont possibles pour les deux grilles en majeurs. Le Turn-Around correspond aux deux dernières mesures de la grille, qui font la cadence et permettent de boucler le morceau et de reprendre au début de la grille.


L'Anatole

L’Anatole est une suite de quatre accords, I, VI, II, V. On parle alors de degré où le I et V sont toujours majeurs (7ème pour le degré V). Attention, les degrés VI et II peuvent également être majeurs en 7ème soit mineurs. Ils sont mixtes.


Voici un exemple d'une Anatole :


Blues anatole - partition - studio de musique paris

Un autre exemple :


Blues anatole - partition - studio de musique

OU ENCORE

Blues anatole - partition - studio de musique paris

A savoir que dans chaque grille de blues se trouvent des accords de 7ème ! C’est une règle essentielle pour sa bonne pratique. Il y a des accords de dominantes sur TOUS les degrés dans le blues majeur. Une véritable révolution à l’époque où la musique classique dominait le monde artistique (cela peut se nommer « formule cadentielle » dans la musique classique). Habituellement, on ne trouve cet accord uniquement sur le Vème degré.


La Blue Note

Parlons de la gamme de blues, qui permet la fameuse "Blue Note".

C'est une particularité du blues, qui permet de jouer la tierce mineure sur un accord qui, quant 'à lui, contient une tierce majeure. Une véritable invention dans le domaine des arrangements musicaux.


Sur un accord de C7 ("Do" - "Mi" - "Sol" - Sib"), on joue ainsi "MIb".


Pour la gamme blues de "Do", de nombreux musiciens disent que c'est une gamme pentatonique mineure de "Do" : "Do" - "Mib" - "Fa" - "Sol" - Sib" - "Do" - Enrichie avec la Blue Note, à savoir le Fa#, cela forme un triton (une quinte bémol) avec la première note de la gamme.


A savoir : Elle était nommée "l'intervalle du diable" par les musicien classique car elle a véritablement changé la musique à l'époque.


Attention ! Sur l'accord de "Do7", nous pouvons également jouer la gamme pentatonique majeure de "Do" : "Do" - "Ré" - "Mi" - "Sol" - "La" - "Do" enrichie avec une deuxième Blue Note, le "Mib", qui sera la tierce mineure de la première gamme de la gamme, nous aurons ce résultat :


"Do" - "Ré" - "Mib" - "Mi" - "Fa" - "Fa#" - "Sol" - "La" - "Sib" - "Do"


A partir de cette gamme, le musicien pourra improviser et enrichir les accords, trouvant la sonorité blues qu'il souhaite. C'est en cela que réside le charme du blues. Lorsque nous ne savons pas précisément si nous avons un accord majeur ou mineur. Comme ci nous superposions un accord parfait majeur et un accord parfait mineur. Une instabilité qui explique l'état d'esprit du blues et que notre studio de musique adore travailler dans nos arrangements musicaux.


III. Une vie après le blues


Le blues a profondément marqué la musique populaire et la culture en général, en laissant une empreinte inoubliable qui transcende les décennies. Voici quelques exemples concrets de son influence sur des artistes qui ont eu, dans des morceaux emblématiques, l’occasion de l’utiliser dans leurs arrangements musicaux :


Le Rock 'n' Roll :

Le blues a servi de socle fondamental au genre du rock 'n' roll. Des figures emblématiques telles que Chuck Berry ont puisé dans le répertoire du blues pour enrichir leurs compositions. L'irrésistible "Johnny B. Goode" de Chuck Berry en est un parfait exemple, illustrant la fusion réussie entre les rythmes envoûtants du blues et l'énergie électrique du rock 'n' roll.


Le Jazz :

Le jazz, en quête de nouvelles voies expressives, s'est tourné vers le blues pour y puiser inspiration et profondeur émotionnelle. Les musiciens de jazz de renom, à l'instar de Louis Armstrong, ont intégré habilement les nuances du blues dans leurs improvisations, créant ainsi un pont harmonieux entre les deux genres.


Le R&B (Rhythm and Blues) :

Le R&B découle directement de son héritage. Les sonorités et les thèmes émotionnels du blues ont laissé une empreinte indélébile sur ce genre. Des artistes tels que Ray Charles ont su fusionner avec brio les éléments caractéristiques du blues pour donner naissance au R&B moderne.


Le Hip Hop :

Le hip-hop, connu pour son innovation et son échantillonnage créatif, s’en est également inspiré. Le morceau "Hard Times" de Run-D.M.C. en est un parfait exemple et tire son énergie d'un échantillon du bluesman Jimmy Reed.


----


Vous trouverez dans cette vidéo, en partenariat avec Anne Olga, des éléments techniques plus détaillés avec des exemples joués pour compléter ce premier article sur le blues.








Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page